07/02/2012

Alain Soral censuré a l'Uni Genève ?

 

Une conférence d'Alain Soral était prévue le 25 février prochain à l'Université de Genève !

Bien que l'autorisation ait été officiellement donnée et la salle réservée, l'université est revenue sur sa décision une fois faite la publication internationale de l'évènement !

Celle-ci arguant que l'autorisation aurait été donnée par erreur ! Par un stagiaire, Sic ... 

L'Université aurait elle reçue des pressions ? Après l'épisode controversé sur l'invitation de Musheer Al Masri, membre du Conseil législatif palestinien, celle-ci ferait elle profil bas ? Souhaitant ainsi éviter une nouvelle polémique !

 

Comprendre l'empire.jpg

 

 

Alain Soral, personnage politique français controversé, mais néanmoins incontournable, serait il personnage non grata sur le sol helvétique ? Les réactions partisanes nous le diront bien assez vite !

Quoi qu'il en soit, il mérite toute notre attention, sont dernier livre "Comprendre l'empire - Demain la gouvernance globale ou la révolte des nations ?" est un best seller, et ce, malgré une diffusion boycottée par les principaux distributeurs. Il devance d'ailleurs largement le dernier Melenchon et c'est vendu dix fois mieux que le dernier BHL, il est actuellement en 2eme place des ventes livres sur Amazon, et 20ème toutes catégories confondues.
Invité a maintes reprises par la plupart des médias français et internationaux, le personnage ne laisse personne indifférent, il est un de ces rare individu qui provoque le débat, que l'on soit partisan ou non de ces essais et théories !

Pour toute personne intéressée par cette conférence, j'ai appris aujourd'hui qu'une salle de remplacement a été trouvée à l'hotel Crowne Plaza, 75 av.Louis-Casaï a Genève, même date, a 14h00 heure.

Laurent Leisi

 

 

conference soral.jpg

 

 

 

00:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : alain soral, politique, uni genève, conférence, comprendre l'empire | |  Facebook

01/02/2012

La France est elle encore une démocratie ?

 

 

La question peut en effet se poser !

Marine le pen a évian.jpg



Marine Le Pen qui représente, selon la plupart des sondages, entre 25 et 35 % des intentions de vote des français, pourrait se voir priver de candidature présidentielle.

En effet selon une condition réglementaire préalable au dépôt d'une candidature présidentielle, chaque candidat doit présenter 500 parrainages de maires, il se trouve que ces parrainages sont officialisés et le nom des signataires diffusés au public, ce qui en soit est déjà une atteinte au droit a l'anonymat et a la liberté de vote.

Marine Le Pen n'a a ce jour pas pu obtenir les 500 parrainages requis, Il est raisonnable de penser que les directions UMP socialiste, et vraisemblablement Nicolas Sarkozy, ont fait pression sur les maires UMPS pour qu'ils refusent systématiquement tout parrainage au Front National, les menaçant peut-être de sanctions futures ? Inutile de rappeler ici que Marine Le Pen est bien la seule qui soit une menace directe au bipartisme UMPS.

En l'occurrence nous pouvons nous interroger ?

La France, pays doté d'une constitution se voulant démocratique, représentante des droits de l'homme, privant 30% de ces citoyens de paroles, entamerait ainsi une dérive totalitaire et anti démocratique, situation que j'estime gravissime.

La patrie de Voltaire a qui on attribue la citation suivante: "Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer" serait saisie d'un malaise profond à l'encontre de son pouvoir.  Quel serait la légitimité d'une nouvelle présidence alors qu'une grande partie de la population aurait été privée de ces droits fondamentaux !

Le système UMPS qui règne sans partage sur la France depuis des décennies, nous dévoilerait ainsi son vrai visage, et poserait les limites de ce qu'il estime politiquement acceptable.

La France deviendrait elle une nouvelle dictature de la pensée unique ?

 

Laurent Leisi

 

00:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : france, front national, marine le pen, elections présidentielles | |  Facebook

25/01/2012

Droit d'éligibilité des étrangers

 

 

Par 55 voix contre 12 la constituante valide le droit d'éligibilité des étrangers a Genève !

Une fois de plus nous assistons à un hold up de la gauche qui prend ainsi en otages les citoyens genevois, ceux-ci avaient pourtant clairement refusé cette possibilité lors d’un vote populaire.

Cette nouvelle gauche mondialiste souhaite nous imposer à tous son grand rêve ! Elle organise la déliquescence des états nations au profit d'une société globale, multiculturelle, apatride, et consommatrice, en ce dernier point elle obtient d'ailleurs le soutien indéfectible d'une partie ultra capitaliste de la droite qui poursuit le même rêve pour des raisons bien entendue différentes.

En l'état le MCG refusera cette nouvelle constitution, mais si elle devait finalement être acceptée, nous pouvons imaginer que le peuple genevois sera à nouveau soumis à la consultation, inutilement par ailleurs, celui-ci ayant clairement désapprouvé l'éligibilité des étrangers. Désagrément causé par cette nouvelle gauche qui c’est détournée d’un véritable socialisme et qui se dit qu’à force de taper sur le clou, il finira par entrer ! Preuve s’il en était qu'elle ne respecte pas la volonté des citoyens, des termes explicites existent par ailleurs pour définir ce type de comportement.

 

Laurent Leisi


Annexé: Le communiqué de presse du MCG

logo MCG.png

la future Constitution

Par 55 voix contre 12, la Constituante vient d’imposer l’éligibilité des étrangers contre la volonté du peuple et, de fait, d’enterrer le projet de Constitution.
Dès le début, le groupe MCG a annoncé qu’il s’opposerait au projet de Constitution si celui-ci contenait l’éligibilité des étrangers. En revanche, le Mouvement Citoyens Genevois milite pour une forte politique d’intégration et une naturalisation facilitée. Contrairement à ceux qui se battent pour des droits vides, nous avons prouvé que les personnes d’origine étrangère sont accueillies et promues dans des postes importants au sein de notre Mouvement. Nombre d’élus MCG sont d’origine étrangère, tout en défendant avec fierté leur citoyenneté genevoise et suisse, sans pour autant renier leurs racines.
Les électeurs genevois ont refusé il y a moins de 10 ans l’éligibilité des étrangers. Etablir cette disposition contestée revient à planter un nouveau clou dans le cercueil de la future Constitution. Le groupe MCG a beaucoup travaillé pour trouver des alternatives, dont la disposition transitoire ou le vote à choix sur ce point contesté. Une fois de plus, les règles obscures de la politiques des copains-coquins a permis au PLR, allié aux Verts et au PS, de renier les engagements pris.
Nous gardons toutefois l’espoir qu’en troisième lecture, le respect de la volonté du peuple l’emportera sur les calculs politiciens à court terme.

Eric Stauffer
Président du MCG

Patrick-E. Dimier
Chef du Groupe MCG à la Constituante